‘Congo Requiem’ de Jean-Christophe Grangé

Un Grangé, c’est vraiment une expérience à part. Difficile d’embrayer sur un nouveau bouquin après cela. Le diptyque LontanoCongo Requiem m’a bluffé, une fois encore. Depuis Le Vol des Cigognes, l’auteur et ses intrigues monstrueuses m’ont toujours scotché — quand j’y réfléchis, même les moins bons restent de très bonnes lectures. « Il avait les mots » comme disait Sheryfa Luna. Ouh la comparaison toute moisie !! OK, passons…

BRIQUE

Lontano, sorti en 2015. Un pavé, une brique de plus à caser dans la bibliothèque. Puissant, violent, comme d’hab. Mais ça date un peu et j’ai un peu traîné avant de lire sa suite. Même en se souvenant des grandes lignes du premier opus, difficile de se resituer. Mon cerveau fonctionne au gazoil : un bon diesel qui doit préchauffer avant de prendre la route. Le moteur est encore jeune donc ça va, tout est revenu assez vite. Tout ce vocabulaire sur la mécanique alors que j’y connais rien pour énoncer une chose : ce Congo Requiem est énorme.

MATRIOCHKA

Un second pavé, un gros steack bien saignant venu tout droit du Congo. Cette histoire est incroyablement dense. Oui j’en fait des caisses mais quand on aime… Si je devais imager, je prendrais l’exemple des matriochkas, les poupées russes. Chaque poupée représentant un pan de l’intrigue. Derrière chaque réponse apportée se cache un sombre secret. À n’en plus finir, ou presque.

Après le Japon, la Mongolie, L’Amérique du Sud et l’Asie du Sud-Est (liste non exhaustive), Grangé continue son trek à travers le globe, direction l’Afrique. Mais là où le trek est un monde de lenteur, l’auteur, lui, dévale les pistes à toute allure. Et préfère poser sa tente près des zones obscures, où le danger est omniprésent. Pays en guerre, conflits armés et massacres de civils, ventes d’armes illégales et extractions de minerais. Une violence inouïe, une réalité loin de la nôtre. C’est pointu, précis, une immersion totale qui donne des sueurs froides — ou chaudes, après tout on est dans la brousse.

TORDU

Encore et toujours, quitter un Grangé n’est pas chose facile. Attention à ne pas trop traîner dans la lecture sinon la sanction est assurée : les rebondissements sont tellement nombreux qu’on aurait vite fait de perdre le fil. La famille Morvan est tordue comme une main rongée par l’arthrite, mais on finit presque par s’y attacher.


JEAN-CHRISTOPHE GRANGÉ – CONGO REQUIEM

Année de parution : 2017
Nombre de pages : 397
Genre : Thriller
Édition : Albin Michel


Quatrième de couverture
On ne choisit pas sa famille mais le diable a choisi son clan.

Alors que Grégoire et Erwan traquent la vérité jusqu’à Lontano, au cœur des ténèbres africaines, Loïc et Gaëlle affrontent un nouveau tueur à Florence et à Paris.

Sans le savoir, ils ont tous rendez-vous avec le même ennemi. L’Homme-Clou.

Chez les Morvan, tous les chemins mènent en enfer.

2 commentaires sur “‘Congo Requiem’ de Jean-Christophe Grangé

  1. lacavernedupolar dit :

    Hey bonne année à toi dis moi tu as arrêté le blog ou il est juste en pause ?

    J’aime

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s