Bon vent à toi, Chester…

Chester Bennington est décédé le 20 juillet 2017. Une disparition soudaine, difficile à digérer. Car pour moi, Linkin Park est bien plus qu’un groupe cantonné au succès fracassant d’Hybrid Theory, son album phare sorti en 2001. Accueilli comme une révélation de la scène nu métal, genre tant décrié par les amateurs de métal, les californiens avaient su créer un style unique, dont les mélodies restent gravées dans la mémoire de nombreuses personnes, presque vingt ans après sa sortie.
Avec sa suite Meteora, copié-collé du premier mais toujours aussi jouissif, Linkin Park confirmait et s’imposait comme une référence majeure. Et je savais à cet instant que je suivrai et surveillerai chaque nouvel album. Je n’ai jamais été déçu. Jusqu’au dernier, One More Light, sorti en mai 2017. Ce que je retiens de LP, c’est qu’ils auront osé. Quinze ans de pur bonheur auditif, où chaque piste devenait une totale découverte, en me demandant quelles surprises ils avaient concoctés. Énormément de chansons sont liées à des événements de ma vie, comme une bande originale d’un film. Une putain de B.O. qui m’accompagne quotidiennement depuis mon adolescence. In The End me rappelle mon professeur de musique qui faisait genre de pianoter dans le vide en se concentrant sur les notes du synthé au début. C’était en quatrième, j’avais quatorze ans. J’en ai vingt-neuf à l’heure où j’écris cet article, et jamais je ne me suis séparé de ce groupe. La voix de Chester était un compagnon de voyage. Mon voyage. Il continuera sans lui désormais. J’ai le sentiment d’avoir perdu un ami, qu’une partie de mon être a été violemment arraché.

Somewhere I Belong, je me souviens de mon grand frère qui m’avait prévenu qu’elle passait à la radio pour la première fois. J’avais mis le volume à fond et coller mes oreilles contre le vieux lecteur CD-MP3. What I’ve Done ramène à ma première cuite. Vodka orange. Un gars à la soirée me parlait de son amour pour Linkin Park et nous faisait découvrir Minutes to Midnight. Il a eu un accident de voiture un an plus tard. Cette chanson me fait immanquablement penser à lui. A Thousand Suns est un album formidable, magnifique, surprenant. The Messenger est la première ballade du groupe, avec la voix de Chester, plus tiraillée que jamais. Living Things, je l’écoutais en continu quand j’ai débarqué sur Nantes. La fin des études, bienvenue dans le monde du travail. Chester et ses amis étaient là, posant leurs instruments dans mon petit studio, soir après soir.
Je me souviens d’Annie qui rigolait car je passais en boucle Castle of Glass. Une tuerie. The Hunting Party, en 2014, date de leur retour en mode agressif. Les clips qui défilaient, la coloc, l’album coincé en repeat dans le lecteur CD de la bagnole. Avec Final Masquerade, qui me suivait le soir quand je rentrais du sport en ayant qu’une hâte, celle de retrouver ma femme. Un album qu’on m’a volé en plus. Bullshit.

Puis vint One More Light. Au printemps 2017 donc. Ceux qui n’ont toujours pas accepter l’évolution musicale du groupe se déchaînent de plus belle, certains affirmant sans la moindre hésitation que cet album équivaut à du Justien Bieber, mais en moins bien. Oui, oui, oui…
Rester enfermé dans un son datant de presque vingt ans, aussi bon soit-il, et réduire Linkin Park à Hybrid Theory est pour moi une insulte envers ces musiciens. Repousser leurs limites, innover, aussi bien dans la musique que dans les textes. Sans cesse se renouveler… Ce sont là les fondements du groupe.
Cet album pop ne m’a pas plu au départ. Puis, à l’instar des précédents, il n’a plus quitter ma playlist. One More Light, la chanson éponyme, sublime, qui m’évoque la maladie de ma mère. Sharp Edges, où comment les frissons se propagent sur ma peau. Il n’y a rien à jeter, absolument rien. Je suis triste, très triste, car j’ai perdu un ami. Nous ne nous connaissions pas, mais Chester aura été là, à chaque moment, prêt à donner de sa voix.

« And you’re angry, and you should be, it’s not fair »

Merci pour tout.

2 commentaires sur “Bon vent à toi, Chester…

  1. La Gobeline dit :

    C’est un bel hommage, comme pour beaucoup d’autres de ma génération Linkin Park à accompagner une grande partie de mon adolescence et même après.

    Aimé par 1 personne

  2. Walkyrie dit :

    Très bel hommage, je compatis, il laisse aussi un grand vide dans mon cœur, d’autant plus que la perte fut violente et difficile à accepter. Certes, on ne le connaît pas mais comme tu le dis si bien, ses chansons font indéniablement parties de moments de nos vies…. (une affaire de génération peut-être, j’ai 33 ans ! 😉 )

    Bon vent, bonne mer Chester !

    Aimé par 1 personne

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s