‘Comme une Tombe’ de Peter James

Roy Grace. Trois syllabes. Facile à mémoriser, percutant. Personnage récurrent de l’univers de Peter James, le commissaire aux croyances dans le paranormal fait parler de lui pour la première fois dans ce roman paru en 2005. Alors âgé de 38 ans, doté d’un physique puissant mais pourtant pas bien grand, cet homme tente désespérément de se remettre de la disparition de sa femme quelques années auparavant. Par disparition, il n’est pas question de décès (du moins on ne le sait pas encore) mais de volatilisation. Magie ! En effet, son épouse s’est évaporée dans la nature il y a presque neuf ans. Une éternité, Grace devenant progressivement comme ces âmes damnées qui errent à jamais le long du Styx : perdu, sans repères, livré à lui-même.

PRIORITÉ

Cet approche du personnage m’a sensiblement rappelé une série télé que j’affectionne particulièrement : Monk. Un policier bourré de tocs et développant de nombreuses phobies qui ne s’est jamais entièrement remis de la disparition de sa femme. Voilà, petite anecdote sans grand intérêt mais que je voulais placer. Par contre, la quatrième de ce roman m’a captivé. Je me suis demandé : mais comment c’est possible ? J’ai l’habitude (moins maintenant) de lire mes romans par ordre d’achat. C’est un peu concon mais j’aime bien procéder ainsi, ça me donne l’impression d’être carré et de ne pas trop m’éparpiller. Ce qui est loiiiiin d’être le cas en vrai (pensée émue pour ma compagne qui doit subir ça ❤). J’ai donc délaissé pas mal de bouquins et fait passer Comme une Tombe en priorité. Il fallait que je sache. Absolument. La marque des grands romans peut-être.

TROIS VÉRITÉS

Le roman commence classique, on a une vue d’ensemble sur la soirée un peu trop arrosée de l’enterrement de vie de garçon, la bande de copains prête à réaliser une bonne grosse connerie. Ladite connerie exécutée, les joyeux lurons vont s’encastrer bien comme il faut dans une bétonnière, à bord de leur van. Une fin affreuse qui laisse définitivement seul leur ami préalablement enterré. Mais comment ? Même en écrivant cette chronique, même en sachant le fin mot de l’histoire, j’arrive encore à me demander comment c’est possible. Bizarre non ? Mais la quatrième n’explique pas tout, bien évidemment ! Elle laisse de côté de précieux renseignements qui seront divulgués assez rapidement lors de la lecture, et ça m’a permis d’appréhender le pourquoi du fameux comment ! Et quand bien même la vérité éclate, hop ! Peter James nous en sort une deuxième que l’on avait vraiment pas vu venir, puis une troisième pour bien t’enfoncer ! Si si ! Peuplée de personnages tous plus intéressants les uns que les autres, l’intrigue est bien tournée et l’auteur négocie proprement quelques virages inattendus, juste de quoi relancer l’intérêt par moments.


PETER JAMES – COMME UNE TOMBE

Année de parution : 2005
Nombre de pages : 432
Genre : Thriller
Édition : Pocket


Quatrième de couverture
Mauvaise blague : Michael se retrouve dans un cercueil six pieds sous terre avec du whisky et une revue érotique pour son enterrement de vie de garçon. Les heures passent, personne ne vient le chercher, la fiancée s’inquiète et fait appel à Roy Grace. Pour le localiser, l’inspecteur n’a qu’une seule piste : les témoins du mariage, tous morts dans un accident de voiture…

5 commentaires sur “‘Comme une Tombe’ de Peter James

  1. Lu dés sa sortie, et vraiment beaucoup aimé ce titre.
    J’apprécie particulièrement la série des Roy Grace. Personnage que j’ai découvert avec ce titre. 😉

    J’aime

  2. peluche0706 dit :

    Je l’ai abandonné ce livre. Peut être que je rerenterai….

    Aimé par 1 personne

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s