[Cycle] ‘Ferals’

Ferals

FERALS

Année de parution : 2013
Genre : Horreur
Édition : Fusion Comics

Nombre de tomes : 3


Quatrième de couverture
Cypress est une bourgade paisible du Minnesota jusqu’au jour où sont perpétrés une série de crimes. Pire encore, ces meurtres ne semblent pas être l’œuvre d’un être humain mais d’une sorte de monstre. Malheureusement, le seul susceptible de le capturer n’est autre que le principal suspect…


Ferals T.1 - Instinct Animal

T.1 – Instinct Animal

Ferals est un comics gore, très gore. Autant mettre les choses à plat. Il suffit de se rendre dans Google Images pour s’en assurer. David Lapham, auteur du controversé Crossed, autre comics basculant dans l’immonde surenchère d’horreur, propose ici sa vision des lycanthropes. De ces bêtes assoiffées de sang, d’une cruauté extrême.
Aucun doute, l’auteur a parfaitement saisi la définition. Accompagné de Gabriel Andrade aux dessins, le duo sert là une histoire indigeste, à ne pas mettre entre toutes les mains. La mise en garde ‘Pour Lecteurs Avertis‘ en bas de la couverture n’est pas là par hasard.

HÉMOGLOBINE

Ferals T.2

T.2 – Dans La Gueule des Loups

Dès le début, Andrade jette une débauche d’hémoglobine sur ses planches. Le trait est soigné, intéressant, mais il faut avoir le cœur bien accroché. Cependant faire la fine bouche ne sert à rien : nul besoin de feuilleter le comics pour savoir où l’on met les pieds. Les loups-garous sont des créatures de l’enfer, avides de sang et de chair humaine. Point barre.
L’idée de départ ne va pas plus loin. Mais au fil des pages, l’ébauche d’un scénario se met en marche, restant néanmoins très vague en ce qui concerne le premier tome.

L’ALCOOL ET LES FEMMES

L’édition française a décidé de découper l’histoire et de la faire tenir en trois tomes bien fournis. Dans le premier opus, le lecteur se retrouve à Cypress, Minnesota. Dale Chesnutt est un flic aimant l’alcool et les femmes, parfois les deux en même temps. Son meilleur ami est retrouvé en piteux état (doux euphémisme) dans les profondeurs de la forêt environnante. Les villageois parlent d’un ours, voire d’un puma. Mais Chesnutt est loin d’être stupide et sent déjà que quelque chose cloche.
Encore plus après la nuit passée avec son coup d’un soir : une mystérieuse blonde plantureuse nommée Gerda.

PAUVRE

La confrontation

T.3 – La Confrontation

Les auteurs n’ont aucun états d’âme pour leurs personnages : femmes, enfants, le massacre est général et les entrailles garnissent les cases du comics. Plusieurs protagonistes interviennent d’entrée de jeu, aux charismes et à l’intérêt variables. La galerie s’épaissit jusqu’au troisième tome mais cela débouche sur de nombreuses situations confuses. Alors que l’originalité et la promesse d’un réel scénario tient la baraque, le final s’étiole et perd de sa consistance, ayant pour résultat un ennui qu’il est difficile de chasser.
Portée par un humour qui se veut drôle mais qui se heurte aux mauvais clichés du genre, l’histoire, bien que choquante par sa pléthore de détails sanguinolents, est assez pauvre en rebondissements, et quelque peu décousue dans la description de certains événements. Prometteur, racoleur et nauséeux, Ferals est dans tous les cas une sacrée découverte dans le théâtre d’épouvante des lycans.

2 commentaires sur “[Cycle] ‘Ferals’

  1. J’avoue qu’après avoir lu ton article ce comics m’intrigue assez… J’aimerais assez essayer un comics (je n’en lis pratiquement pas) dans ce genre tu en aurais à me conseiller?

    Aimé par 1 personne

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s