‘Le Livre Sans Nom’

Le Livre Sans Nom

LE LIVRE SANS NOM

Année de parution : 2010
Nombre de pages : 460
Genre : Thriller
Édition : Sonatine


Quatrième de couverture
Santa Mondega, une ville d’Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets… Un mystérieux tueur en série, qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique « livre sans nom »… La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique… Deux flics très spéciaux, un tueur à gages sosie d’Elvis Presley, des barons du crime, des moines férus d’arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d’œil à Seven et à The Ring… et voilà le thriller le plus rock’n’roll et le plus jubilatoire de l’année !


CARREFOUR DES GENRES

« C’est quoi ce délire ? »
Voilà en substance ce que je n’ai pas arrêté de me dire durant la lecture de ce roman complètement déjanté. Absurde, grotesque et pourtant addictif, les superlatifs ne manquent pas pour évoquer ce fameux livre sans nom, dorénavant connu pour être le premier tome de la saga Bourbon Kid. Sorti tout droit de l’imagination d’un auteur refusant de dévoiler sa véritable identité, Le Livre Sans Nom est un incroyable condensé des genres, un carrefour où se retrouvent thriller, fantastique, horreur et un poil de science-fiction. Impossible de lui trouver une étiquette tant ce récit est foutrement allumé. Et comme pour lui bâtir une légende encore plus importante, l’anonymat voulu de la part de l’auteur fût — et est toujours — source de nombreuses spéculations : qui est donc ce type, ou cette femme, à l’imagination débridée et délurée, proposant un récit entièrement écrit au second degré ? Rien n’est pris au sérieux, et les personnages concoctés avec soin et humour sont vraiment excellents, à condition de débrancher les fusibles et d’apprécier les poncifs à outrance.

BOURBON

Une pierre magique est volée au royaume d’Hubal, petite île du Pacifique où vivent, reclus, une communauté de religieux. Afin de la retrouver, deux moines sont missionnés à Santa Mondega, petite ville américaine située à la frontière mexicaine. Car une chose est sûre, la pierre est en transit dans cet endroit oublié de tous, théâtre d’un massacre sans précédent cinq ans auparavant, perpétré par un homme dont on ne connaît que le surnom : Bourbon Kid. Les moines, aussi naïfs que dangereux, vont très vite se rendre compte que les ennuis vont bon train dans cette ville où semblent se rassembler toutes les pires raclures de la Terre.

ICONIQUES

Il y a du Tarantino dans le déroulement de l’histoire : des lieux iconiques, une belle brochette de personnages qu’on adore détester, des dialogues anodins qui glissent lentement vers un carnage sous-jacent… Le calme avant la tempête. Même si le style paraît parfois un peu simple, ces improbables péripéties se suivent sans mal et l’auteur, quel qu’il soit, éclabousse allègrement d’hémoglobine les pages de son roman. On en redemande !

DU MÊME AUTEUR
L’Œil de la Lune
Psycho Killer

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s