‘La Malédiction de Bethany’ de Robert McCammon

La Malédiction de Bethany

ROBERT McCAMMON – LA MALÉDICTION DE BETHANY

Année de parution : 1991
Nombre de pages : 314
Genre : Horreur
Édition : Pocket ‘Terreur’


Quatrième de couverture
C’était un petit village tranquille, où les hommes n’osaient pas sortir après la tombée de la nuit.

D’abord séduit par l’atmosphère paisible de Bethany’s Sin, Evan commença à remarquer qu’il n’y avait que peu d’hommes dans le village et que la plupart d’entre eux étaient mutilés. .
Pour lui les Amazones appartenaient à l’Antiquité, voire à la légende. Jamais il n’aurait pu imaginer que le culte d’Artémis ait pu survivre en plein XXème siècle. Mais, la nuit, il y avait ces bruits de chevaux au galop. Le matin, ces voisins que l’on ne revoyait plus. Puis sa femme et sa petite qui commençaient à se conduire de manière étrange et avaient tellement envie de se mettre à l’équitation.


Le mythe des Amazones. Une légende sanglante, contant l’histoire de ces femmes guerrières ayant fait régner la terreur dans la région de Cappadoce (Anatolie, Turquie). Une rampe de lancement parfaite pour un récit d’horreur. Robert McCammon, auteur de L’Heure du Loup et du très remarqué Le Mystère du Lac, s’attaque donc à cette fresque de la mythologie grecque. Il a écrit cette histoire en 1980, publiée pour la première fois en France plus de dix ans plus tard.

BUCOLIQUE

1965 – Près de la Mer Noire : sous une chaleur écrasante, des archéologues découvrent les traces d’une ancienne civilisation. Certaine d’avoir sous les pieds un trésor d’une richesse inégalée, une femme du cortège, dont on ignore le nom, prend le risque de descendre dans les anfractuosités poussiéreuses de la montagne, au détriment de sa propre sécurité.

ANCESTRAL

1980 : Evan Reid, ancien militaire ayant servi au Vietnam, tente d’oublier ses démons et part s’installer à Bethany’s Sin avec sa femme et sa fille. Meurtri par son passé et en proie à de terribles cauchemars, cette destination idyllique va lentement se transformer en décor d’épouvante pour lui et sa famille. Cadre bucolique, voisins aimables et avenants, cette apparence paisible n’est qu’un vernis cachant la pourriture, et Evan, de part son métier d’écrivain, ne pourra s’empêcher de remarquer des faits troublants. Au fil de ses investigations, il interrogera plusieurs riverains, essentiellement des hommes, et mettra vite la main sur ce nœud inextricable, dangereux, qui place Bethany’s Sin sous la coupe d’un fléau ancestral.

HANTÉ

Court, ce roman est sympathique et McCammon distille le mythe par touches chargées d’hémoglobine, et le dessein diabolique dévoile son véritable aspect dans les dernières pages, confirmant ce qui se lit en filigrane tout au long du récit. Servi par des personnages non dénués d’intérêt, l’auteur propose une histoire typique à celles traitant de villages hantés, l’originalité du mythe en plus.

DU MÊME AUTEUR
L’Heure du Loup

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s