‘1974’ d’Arnaud Codeville

1974

ARNAUD CODEVILLE – 1974

Année de parution : 2016
Nombre de pages : 541
Genre : Horreur


Quatrième de couverture
A Sebourg, petit village du Nord de la France, c’est l’effervescence. Les pompiers mettent le feu au 16 de la rue Jean Jaurès.
La plupart des habitants se massent pour admirer le spectacle. Tous redoutent la vieille demeure et se réjouissent de la voir disparaître à jamais du paysage et pour cause: elle serait hantée…
Parmi la foule de curieux, un homme assiste à l’incendie. Il est sans doute le seul à être aussi fasciné par l’agonie de la bâtisse.

Pour rien au monde il n’aurait raté ce moment…


Un souffle de l’imagination de Stephen King conjugué à la plume de Graham Masterton, et vous obtenez 1974, second récit auto-édité par Arnaud Codeville. Réalisant lui-même les couvertures de ses romans (au passage très bien travaillées), ce jeune auteur français s’inspire clairement des grands noms de l’horreur, tout en proposant sa propre vision à un genre particulier.

INSALUBRE

Une maison brûle à Sebourg, commune du Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Une maison inhabitée, abandonnée et en proie aux pires spéculations. Orchestrée par les pompiers et la police, la mise à mort de cette baraque insalubre semble provoquer le soulagement de la population. Le décor est planté, la vieille bâtisse sera le cœur du roman.

VINTAGE

Codeville place son histoire en 1995 et donne à son intrigue un soupçon de vintage. Agréable à lire, les premières pages défilent, l’immersion est parfaite. Tous les ingrédients inhérents aux contes horrifiques sont présents : grincements inquiétants, apparitions effrayantes et hémoglobine en torrents. C’est donc intéressant de s’y plonger malgré les clichés.
L’auteur maîtrise son navire et les nombreux protagonistes présents à bord se côtoient avec justesse. Sans toutefois posséder l’impressionnante épaisseur des personnages aux récits du King, Codeville installe réellement une identité propre à chacun, et les dialogues gardent une grande constance.

PATINAGE

En dépit de ces qualités et d’un départ en boulet de canon, les longueurs se font sentir passé un moment. L’enquête semble patiner, et ce même si les réponses affluent. Paradoxe. Les retournements de situations se chevauchent pour devenir un fouillis difficilement inextricable, et les quelques références à Lovecraft laissent un peu sur la réserve.
Les crises hallucinatoires du flic principal et les coïncidences assez lourdes viennent ternir un tableau plus qu’honorable pour ce roman. Quoi qu’il en soit, Arnaud Codeville en a sous la main, et est un auteur à suivre.

12 commentaires sur “‘1974’ d’Arnaud Codeville

  1. Sandy dit :

    Ah, tiens, j’ai vu ce roman en tête des ventes sur Amazon il n’y a pas longtemps, le titre et la couverture m’avaient intriguée mais je ne m’étais pas attardée car je me connais : si le résumé m’avait plu, j’aurais craqué ^^ Ton avis semble bien mitigé mais il me tente quand même!

    Aimé par 1 personne

  2. Nathalie M dit :

    je ne te sens pas assez emballé pour que je le rajoute à ma liste 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Pleack dit :

    La couverture est tentante, ton avis aussi !
    Mais les longueurs ne sont pas faîtes pour me rassurer x).
    Je jetterai un oeil attentif sur d’autres avis :p

    Aimé par 1 personne

  4. stelphique dit :

    Ses deux livres me tentent énormément! Il faudra que je me penche un de ses 4′ sur ces lectures!!!!;)

    Aimé par 1 personne

  5. Lilie dit :

    Contente que tu l’ai lu 😉

    Aimé par 1 personne

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s