‘La Onzième Plaie’ d’Aurélien Molas

ONZIEME_PLAIE_new.qxd

AURÉLIEN MOLAS – LA ONZIÈME PLAIE

Année de parution : 2010
Nombre de pages : 416
Genre : Thriller
Édition : Albin Michel


Quatrième de couverture
Ils sont tombés sur quelque chose qui les dépasse. Qu’ils n’auraient pas dû découvrir…

Dans un Paris survolté, où la violence éclate à chaque carrefour, des équipes de flics sans attaches, en proie à leurs propres démons, s’engagent avec l’énergie du désespoir dans une croisade sans merci.


ÉLECTRIQUE

Déniché par la maison d’édition Albin Michel en 2010, Aurélien Molas n’a alors que 25 ans lorsque son premier roman, La Onzième Plaie, voit le jour. Un roman noir comme le jais, tortueux, où les pires abjections de l’être humain servent de socle à l’histoire. Alors que Paris, et l’Hexagone en général, est en proie à une guerre civile sans précédents, un procès à lieu dans la Ville Lumière, sous un climat forcément houleux, électrique. Pas le droit à l’erreur. Et pourtant cette affaire, qui a défrayé la chronique et attisée la colère des riverains, sera le point de non-retour d’une descente en Enfer pour la police, tant ce qu’elle découvrira dépassera toutes les horreurs auxquelles les forces de l’ordre ont pu être confrontées jusqu’alors.
Dans le même temps, un cargo affrété au port du Havre se révèle être un sarcophage de métal renfermant d’atroces immondicités, que seul l’Homme est capable de produire.

TABOU

S’appuyant sur un contexte social au bord de la rupture, l’écrivain va creuser un sujet délicat, particulièrement tabou de par sa cruauté. Disposant d’une plume impressionnante de qualité, il va bâtir un récit très dense, nécessitant parfois quelques relectures. Les chapitres courts se succèdent, mais l’intensité monte une fois la moitié du roman atteinte. L’auteur prend son temps pour placer ses pions, et l’enquête ronronne donc au début, avant de passer la seconde et de déployer ses tentacules, heurtant comme un fouet l’ignoble barbarie. En réalité, trois enquêtes sont menées de plein front, sans pouvoir établir le lien qui les unira. C’est une particularité de ce thriller : Molas balade le lecteur sans appuyer forcément sur le fond précis de l’enquête. Un peu déroutant, d’où le retour en arrière dans la lecture parfois nécessaire pour être certain de tout assimiler.

SOLIDE

Porté par des dialogues consistants et efficaces, ce bloc de 400 pages est solide et constitue une très bonne surprise. L’auteur axe régulièrement son point de vue sur les sentiments de ces flics harassés, abattus devant la laideur du genre humain, cette gangrène qui pourrit de l’intérieur les fondamentaux de notre espèce. Loin d’être clichés et mièvres, ces tranches de vies agissent comme une soupape, évitant le déversement de toutes les monstruosités décrites.


6 réflexions sur “‘La Onzième Plaie’ d’Aurélien Molas

  1. Ta chronique rend le livre tentant mais l’histoire n’est je pense pas pour moi ^^. Sa a l’air trop barbare et vraiment peu psychologique x).
    Vend-moi le bouquin sur Facebook et j’essaierai de voir si je peux le placer dans ma PAL :p
    Pourquoi ce titre d’ailleurs ?

    Aimé par 1 personne

    1. Rapport aux dix plaies d’Égypte, et aux châtiments que Dieu inflige aux humains. Ce qui est un peu le cas car des personnes influentes présentes dans le roman tirent les ficelles d’une machination vraiment dégueulasse.

      Je vais aller faire du porte-à-porte alors, j’arrive ^^

      Aimé par 1 personne

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s