‘Les Morsures de l’Ombre’ de Karine Giebel

9782265085848

KARINE GIEBEL – LES MORSURES DE L’OMBRE

Année de parution : 2007
Nombre de pages : 294
Genre : Thriller
Édition : Fleuve Noir


Quatrième de couverture
Elle est belle, attirante, disponible. Il n’a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre. A présent il est seul, dans une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement. Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n’est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince…


Un homme se réveille, sonné et à-même le sol, dans ce qui semble être une cave : froide, bétonnée… et sombre. Le soleil ne passe que par un mince filet accordé par le soupirail. Puis les barreaux…

Benoît Lorant est prisonnier, à la merci d’une femme. D’une très belle femme, qu’il connaît depuis peu. Une aventure d’un soir ? Il ne s’en rappelle plus.
Mais le plus grave, c’est qu’elle ait pris possession de son flingue. Car Benoît est policier, et sa vie n’est désormais plus entre ses mains.

VENIN

Elle semble tout savoir sur cet homme, mais lui ne se rappelle que de son prénom. Cruelle et vénéneuse, crachant son venin sur le policier, elle va lui infliger les pires sévices, réduisant son corps et sa santé mentale en poussière, pour lui faire avouer l’improbable. Une soirée, quinze années auparavant : souviens-toi, Benoît…
Peu de temps morts dans ce roman, qui se lit d’une traite. Ponctué de phrases courtes, doté d’un style nerveux, le  récit ne s’entiche pas de descriptions et Giebel se soucie uniquement de l’action, au détriment des personnages.

DILEMME

Les questions fusent, et les maigres indices qui exsudent des pages empêchent de reposer le livre, comme un sort jeté par l’auteur. Le genre de roman dont on veut connaître la fin mais que l’on ne souhaite pas finir trop vite. Le fameux dilemme. Il faut savoir le dénouement, son épilogue. Qui est cette femme ? Qui est Benoît ? Qu’ont-ils en commun ?
Et là, la délivrance. Les réponses qui affluent, et le coup de massue sur la tête. Qui laisse déboussolé, mais quelque peu frustré. Car si les Les Morsures de l’Ombre est court et impulsif, sa conclusion l’est tout autant et…
Et puis rien. La dernière page est tournée. Trop rapide, décevant tellement le reste est prenant, addictif. En un mot : rageant.


8 réflexions sur “‘Les Morsures de l’Ombre’ de Karine Giebel

  1. Coucou!
    Ça fait un petit moment que je suis ton blog sur FB, et je poste un tag demain sur le mien. Je me suis permis de taguer le tien dedans. Il n’y a aucune obligation, mais je serais ravie si tu pouvais participer!
    Bon dimanche!

    J'aime

Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s