‘Seul le Silence’ de R.J. Ellory

Seul le Silence

R.J. ELLORY – SEUL LE SILENCE

Année de parution : 2008
Nombre de pages : 504
Genre : Drame
Édition : Sonatine


Quatrième de couverture
Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps d’une fillette assassinée. Une des premières victimes d’une longue série de crimes. Des années plus tard, alors que l’affaire semble enfin élucidée, Joseph s’installe à New-York. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient…
Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.


La couverture du livre nous incite fortement à jeter un œil à l’intérieur puisque le roman est qualifié de « magnifique ». Plus à ranger du côté d’un récit dramatique, l’histoire débute à Augusta Falls en 1939. L’époque choisie par l’écrivain est déjà morose en soi puisqu’elle signifie le début de la Seconde Guerre mondiale et l’envoi par milliers de soldats américains sur les champs de batailles.

TRAGIQUE

En plus de cet épisode tragique qui restera en fond de trame durant la première moitié du roman, il faut préciser qu’à cette époque l’Amérique était extrêmement méfiante vis-à-vis des étrangers. C’est donc dans ce contexte d’une terrible froideur que le récit commence.
Lorsque les premiers meurtres se succèdent, Joseph, qui a découvert le premier corps, et ses amis décident de créer un « club » pour aider à la capture de l’assassin. Hélas, ils ne sont que des gamins, tellement démunis face à la cruauté des adultes. Un événement tragique fera alors basculer Joseph dans un sentiment profond de culpabilité qui ne le quittera plus jamais par la suite.

NEW-YORK

Jeune adulte, désireux de mener une vie loin de ses tourments d’enfance, Vaughan part pour New-York avec le rêve de devenir écrivain.
Mais le passé n’est jamais bien loin, et le tueur d’enfants d’Augusta Falls ne semble pas en avoir fini avec lui…

Ne vous attendez pas à une enquête policière comme dans tout thriller qui se respecte. Non, car comme expliqué un peu plus haut, c’est plus un récit sur le ressenti de Joseph durant toutes ces années qui est mis en avant, ainsi que toute la noirceur de ces faits horribles qui lui rongent l’esprit et le corps. C’est très bien écrit, Ellory a une plume de qualité mais parfois, il s’embourbe dans des figures de style pompeuses.

EFFICACE

La fluidité du récit en pâtit car certaines parties sont longues, mais cela se suit sans trop de difficultés, bien que l’on pourrait aisément sauter des pages sans pour autant perdre le fil de l’histoire. Le dénouement arrive très tardivement, vers les dix dernières pages. Rapide mais terriblement efficace, il subsiste par la suite un profond sentiment de tristesse envers Joseph fortement bien distillé.

Ne vous attendez pas non plus à des réponses allant de but en blanc et des explications fournies, mais juste la fin d’un long et douloureux cauchemar s’étant étalé sur plus de trente ans.


Laissez donc votre empreinte !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s